Un séminaire sur le thème « Chants et Dialogue des cultures »

Si vous êtes artiste interprète, enseignant du 1er ou du 2d degré, médiateur culturel, formateur… le séminaire « Comment le chant s’inspire-t-il du savant et du traditionnel ? » organisé les 23 et 24 mars 2020 à Toulouse vous intéressera sûrement !

De Gérard Kurkdjian à Michel Wolkowitsky, en passant par Françoise Atlan, Gisèle Clément, Brice Duisit, Fouad Didi ou encore Michel Laplénie : des intervenants professionnels renommés et passionnés vous présenteront un tour d’horizon du chant sacré, traditionnel populaire, médiéval, oriental…sans oublier l’opéra… au cours de conférences et d’ateliers de pratique qui se dérouleront sur deux journées dans les locaux du réseau Canopé et le prestigieux Théâtre du Capitole !


Retrouvez ici le programme complet et ici le formulaire d’inscription en ligne. Attention, places limitées à 40 participant(e)s.

Ce séminaire national inédit voit le jour dans le cadre d’un nouveau PREAC
Depuis 2005, les Pôles de Ressources pour l’Éducation Artistique et Culturelle (PRÉAC) ont pour mission de renforcer les liens entre les acteurs de la culture et ceux de l’éducation par l’intermédiaire de la formation. Il en existe 38 en France, répartis dans 9 domaines artistiques. Ils sont coordonnés par les ministères de la culture, de l’Education nationale et le Réseau Canopé et touchent, chaque année, plus de 5000 formateurs.
Le CCR de l’Abbaye de Sylvanès est l’un des opérateurs culturels du PREAC « Chants et Dialogue des Cultures », dernier-né de la famille ! Il est le fruit d’une collaboration entre la DRAC et le Réseau Canopé Occitanie, les Rectorats des Académies de Montpellier et Toulouse, et quatre acteurs culturels et pédagogiques : l’Abbaye de Sylvanès, l’Association UNI’SONS/Festival Arabesques (Montpellier), l’Opéra Orchestre National de Montpellier et le Théâtre du Capitole de Toulouse.

Le chant médiéval à la portée de tous

Au printemps, en été et à l’automne, Els Janssens-Vanmunster et Caroline Marçot de l’ensemble Mora Vocis-voix solistes au féminin encadrent à Sylvanès des ateliers de chant médiéval.
Un de leur répertoire de prédilection : l’oeuvre de Hildegard von Bingen (1098-1179), cette abbesse hors du commun dont les chants poétiques constituent de véritables hymnes à la vie, à l’amour et à la femme. Rencontre avec ces deux chanteuses…

En tant qu’Ensemble exclusivement féminin, ce choix de répertoire contribue t-il à réhabiliter la place des femmes au Moyen Âge ?

Beaucoup ignorent que les femmes composaient et chantaient au Moyen Âge, l’anonymat des compositions y est pour quelque-chose… l’Histoire a oublié les compositrices ! Nous sommes engagées à rétablir un équilibre en respectant une équité dans notre programmation tout en mettant en valeur des compositrices de genre féminin.

 

L’abbaye semble se prêter à merveille à l’apprentissage et à la pratique du chant médiéval ! Que vous inspire un tel lieu?

Chanter à Sylvanès est un privilège ! Les pierres de l’abbatiale ont été agencées pour accueillir des mélodies similaires aux nôtres ! Nous sommes persuadées que c’est aussi ce cadre exceptionnel qui attire les stagiaires.

 

Votre méthode d’apprentissage sort des sentiers battus, sans partition, par écoute et imitation, vous invitez les stagiaires à travailler leur souffle, à avoir une approche corporelle et placez l’interprétation, la dynamique des textes et du phrasé au cœur de votre pédagogie. Pourquoi cette méthode ?

Tout d’abord pour des raisons historiques ! Au Moyen Âge, l’apprentissage se faisait sans partition. Ensuite, cette méthode a fait ses preuves, il est plus aisé de former un groupe en comptant sur le corps comme outil de mémorisation… Par exemple, si un membre du groupe oublie les paroles, il peut se référer à l’imitation vocale, observer les gestes du corps de ses camarades.

 

Els et Caroline animeront à Sylvanès en 2020 plusieurs stages de chant médiéval : 18-19 avril, 3 au 7 août, 17-18 octobre.

Propos recueillis par Casey Crouard, stagiaire au service communication, été 2019 

Bernard Tétu : Sylvanès, un lieu pour tous !

« Pédagogie et excellence » : deux mots clés qui reviennent dans les dires des stagiaires choristes de Bernard Tétu.

Directeur artistique des Chœurs et Solistes de Lyon depuis leur formation en 1979, le chef de chœur et d’orchestre Bernard Tétu participe chaque année au Festival de musiques sacrées musiques du monde de l’Abbaye de Sylvanès. Pionnier dans la création de la première classe de formation de chefs de chœur professionnels au Conservatoire National de danse et de musique de Lyon, il se rend à l’Abbaye de Sylvanès depuis presque quarante ans, d’abord dans la cadre de résidences artistiques, puis pour y encadrer des stages de chant choral et de direction de chœurs.

Répétition 2019 de l’Atelier choral-production sous la direction de Bernard Tétu dans l’abbatiale de Sylvanès

A la question « pourquoi Sylvanès ? », Bernard Tétu répond « un lieu pour tous ». Au Moyen âge, l’église était un lieu universel en ce qu’elle incluait toute la société. Le sacré faisait partie intégrante du quotidien des hommes. Aujourd’hui, Bernard Tétu prône le « droit au sacré pour tous » et la musique en serait la voie d’accès. Il ajoute également que « chaque lieu a un son et une couleur ». C’est l’acoustique exceptionnelle et la charge historique de Sylvanès qui permet la transmission du sacré.

Bernard Tétu reviendra en 2020 à Sylvanès pour encadrer trois sessions auprès de chefs de chœur et aussi le stage d’été de chant choral. Après la musique sacrée italienne du 19e siècle en 2019, le répertoire de cette nouvelle saison sera consacré à une œuvre phare : Le Requiem de Mozart dans la version Czerny, pour solistes, chœur et piano à quatre mains… Notez dès à présent la date : du 13 au 19 juillet 2020 !

L’Art de la Parole et du Chant

A l’invitation de Michel Wolkowitsky, directeur du Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Sylvanès et en partenariat avec le COMDT de Toulouse et l’IRHT, poètes, chanteurs, musiciens, scientifiques, liturges se sont réunis à Sylvanès du 4 au 6 octobre à l’occasion du colloque « L’art de la Parole et du Chant ».

Conférence inaugurale de Frédéric Tavernier-Vellas : L’éloquence du verbe

Nous parlons, nous chantons, nous écrivons, nous lisons… La parole est omni-présente dans notre vie quotidienne. Qu’avions-nous à en dire de plus ? Les regards croisés de ces personnalités, pour qui la parole est plus qu’un outil lorsqu’elle devient un art, nous ont permis d’en découvrir les richesses, les subtilités, la profondeur… Leurs témoignages nous ont aidés aussi à mieux comprendre comment celle-ci, transformée par la science du langage et la technique (τεχνή) de la diction et du chant, acquiert une noblesse et une puissance d’expression qui nous échappe trop souvent tant elle est banalisée dans nos quotidiens saturés d’informations à l’affût de toute nouveauté.

Loin d’un bavardage stérile, la Parole peut dire ou suggérer une intériorité. Elle peut devenir dialogue, échange, écoute profonde, intersubjectivité. De la rhétorique à l’art de la composition musicale du chant, de l’art de l’homélie chantée au Moyen Âge à la mémoire séculaire des compositions liturgiques, du chant des troubadours et des poètes ou des chansonniers au discours musical issu ou conduisant au silence, du théâtre antique à l’opéra baroque ou romantique, de la parole à la pensée et de la pensée à la contemplation de ce qui est en deçà ou au-delà de la pensée…

« De la parole au chant, une histoire du mélos’ » par François Cam

La Parole devient le vecteur d’une communion entre celui qui parle ou chante et celui qui écoute. Elle capte l’attention, éveille pensées et sentiments, s’empare du clavier des passions, élève l’âme et l’intériorise.

Merci à tous les conférenciers (Frédéric Tavernier-Vellas, Marcel Pérès, Jean-François Goudesenne, Theodora Psychoyou, Anna Schivazappa, Eric Fraj, François Cam, Pascal Riou, Brice Duisit, Gisèle Clément) qui nous ont transmis un peu de leurs savoirs précieux.

Merci à tous ceux qui ont illustré leur enseignement en disant, chantant ou jouant durant la scène ouverte du vendredi soir.

Un grand bravo également à Eric Fraj et Morgan Astruc pour le beau concert public « La Vida », proposé le samedi soir en partenariat avec le COMDT de Toulouse.

Concert « La Vida » par Eric Fraj et Morgan Astruc dans le scriptorium de l’abbaye

Une deuxième édition de ce colloque autour de la Parole et du chant est en préparation pour 2020 ! A suivre …

Revivez le 42e festival en images !

C’est une très belle édition du Festival qui s’est achevée le 25 août dernier  en l’abbatiale de Sylvanès ! Pour ceux qui n’ont pas pu se déplacer et les nostalgiques de ces merveilleux moments musicaux partagés, voici un retour en images des 25 concerts qui ont rythmé l’été  ! Merci à tous les artistes et au public de ce 42 e festival  et à l’année prochaine  !

Splendeurs de la musique sacrée …

Le Festival de l’Abbaye de Sylvanès a perpétué sa tradition de partage artistique et interculturel. Du Chœur mondial des Jeunes accueilli en résidence exceptionnelle à Sylvanès à la rencontre polyphonique France et Turquie, plus de 40 pays ont été représentés au festival en passant par le Liban, la Bulgarie, la Russie, le Portugal, l’Espagne, l’Italie… Comme chaque année, le Festival a rendu hommage aux monuments de la musique sacrée avec Le Gloria de Vivaldi, La Messa di Gloria de Puccini, le Magnificat de Bach, le Stabat Mater d’Arvo Pärt, les grands airs d’opéras de Verdi, Bizet, Gounod et ainsi que des œuvres plus rarement jouées comme le Requiem for the living de Dan Forrest

  • World Youth Choir

  • 30e anniversaire du Chœur mondial des Jeunes

  • Chœur National Polyphonique d’Ankara & Ensemble Sagittarius

    © Marie Lamour

  • Dir : Michel Laplénie, Burak Onur Erdem

    © Marie Lamour

  • Ensemble vocal et instrumental de Montpellier, dir F.Fontcouberte

  • Marine Chaboud et Emilie Boudeau

    © Marine Rey

  • Ensemble A bout de souffle, dir : S.Delincak

    © Emidio Castri

  • Stéphane Delincak

    © Emidio Castri

  • Musique sacrée italienne, Dir : B.Tétu

    © Marie Lamour

  • Musique sacrée italienne, Dir : B.Tétu

  • 30e Académie de chœurs et d’orchestre, Dir : M.Piquemal

  • 30e Académie de chœurs et d’orchestre, Dir : M.Piquemal

    © Marie Lamour

  • Michel Piquemal et Michel Wolkowitsky, 30 ans d’amitié !

  • Jeune chœur de l’abbaye

    © Marie Lamour

  • Ensemble Scandicus

    © Marie Lamour

Le 15 août, Michel Piquemal à la tête de la 30e Académie de Chœurs et d’Orchestre a offert un sublime concert autour des œuvres emblématiques de Mozart. Le public a aussi pu se délecter des polyphonies sacrées de Bach, Monteverdi, Purcell, Victoria ainsi que de deux créations musicales de Raphael Lucas interprétés par le Jeune Choeur de l’Abbaye dirigé par Emmanuel et Jean-Michel Hasler. Belle découverte également avec l’Ensemble Scandicus qui a exhume les chants des chemins portugais de Saint jacques de Compostelle. Le festival a comme chaque année fait résonner son grand orgue contemporain autour de pièces célèbres interprétées par l’organiste titulaire Henri-Franck Beaupérin.

… et traditions musicales du monde entier

Forte de sa très riche offre musicale, l’Abbaye a aussi accueilli de la danse flamenco avec la Compagnie Flamenco Vivo-Luis de la Carrasca et son spectacle « Flamenco por un poeta » en l’honneur au poète Antonio Machado. L’Andalousie toujours avec la création d’une Misa Flamenca–Mozarabe inédite par la Compagnie Tavernier-Vellas.

  • Luis de la Carrasca

    © Emidio Castri

  • Ana Perez

    © Emidio Castri

  • Misa Flamenca Mozarabe

    © Marie Lamour

  • La Camera delle Lacrime

    © Marie Lamour

  • Neapolis Ensemble

    © Marie Lamour

  • Canticum Novum

    © Marie Lamour

De retour au festival, la Camera delle Lacrime a présenté son spectacle « Dante troubadour », superbe adaptation musicale de la Divine Comédie de Dante. L’Italie encore, avec les musiques napolitaines du Neapolis Ensemble ou les échos de la Perse et de la Turquie avec les excellents musiciens de Canticum Novum.

  • Sirba Octet

    © Jean-Marc Saumade

  • Françoise Atlan et Shadi Fathi

    © Marie Lamour

  • Irini

    © Marie Lamour

  • Ensemble Héliodores

  • Chœur de Sartène et Chœur de Sofia

    © Marie Lamour

  • Chœur du Patriarcat russe de Moscou

  • Bal traditionnel occitan sur le parvis

  • La Talvera

  • Merci à tous et à l’année prochaine !

Également fidèles au festival, les artistes du Sirba Octet ont livré les standards de la musique tzigane et klezmer autour de la balalaika d’Alexeï Birioukov. Duos, trios et quatuor féminins se sont succédé : Françoise Atlan et Shadi Fathi ont loué les chants sacrés « De la Perse à la Méditerranée » ; l’Ensemble Irini a mis en lumière les différentes figures de la Vierge et de son culte. Quant au jeune Ensemble Héliodores, il nous a régalé des œuvres de Purcell ou Haendel mêlées aux mélodies françaises du 20e siècle. Le Festival s’est clôturé le 25 août dans la convivialité autour de polyphonies corses et bulgares avec le Chœur de Sartène sous la direction de Jean-Paul Poletti et le chœur de Sofia. Sans oublier les artistes de La Talvera qui, à l’occasion de leur 40 ans de scène, ont entrainé les festivaliers dans la ferveur des chants, danses et musiques occitanes sur le parvis de l’abbatiale !

Vivre l’abbaye à l’heure monastique !

C’est une plongée dans la mémoire historique et liturgique de l’Abbaye de Sylvanès qui vous est proposée le temps d’un week-end du 20 au 22 septembre prochains. Cette expérience d’immersion dans un rythme « monastique » sera ponctuée par des concerts de chant grégorien et byzantin !

Plonger dans le patrimoine musical des offices médiévaux, se laisser surprendre par l’acoustique extraordinaire des lieux, s’émerveiller de l’architecture cistercienne en retrouvant l’harmonie des heures avec les cycles quotidiens de la nature…

Des ateliers de chant autour des différents répertoires liturgiques sont prévus et seront encadrés par deux chanteurs spécialisés dans les musiques anciennes liturgiques : Frédéric Tavernier-Vellas et Dominique Besse.

Ces ateliers alterneront avec des temps forts d’animation du patrimoine : chant des heures principales du jour dans l’abbatiale, conférences dans la salle capitulaire pour mieux comprendre la liturgie, son organisation et son exécution vocale…
Cette session de 3 jours est ouverte à tous les amateurs de chant liturgique qui seront conviés, dans la mesure des possibilités de chacun, et selon les pièces acquises durant les répétitions, à chanter auprès des artistes professionnels lors des offices et du concert ouvert au public le dimanche 22 septembre à 16 h dans le cadre des 36e Journées européennes du patrimoine.

Inscrivez-vous vite ICI pour vivre cette expérience unique !

Le souffle des roses… par Françoise Atlan

C’était vendredi 2 août au soir dernier et ce fût magique…
Au sein du transverse de l’Abbaye de Sylvanès, entourées d’immenses chandeliers dont le halo lumineux nous enveloppait, public confondu, nous avons chanté et joué les traditions hébraïques mystiques, les langueurs des Trobaïritz et les poésies brûlantes de Hafez et Mawlana Ŕûmi.
 Un privilège que de poser sa voix et égrener les sons, dans ce lieu habité, dont la réverbération de 4 secondes et demi permet une dentelle sonore exprimée dans l’entrelacement de la voix et du setâr ; Ce dernier laisse la place au tar, de temps à autre, pour nous ramener à une présence sonore étrange et belle : voix et tar confondus, qui nous invitent à un « ailleurs » pourtant connu…
 Enfin, l’énergie et la joie vocales à la rencontre de celle, à la fois extatique et tellurique du daf.

© Photos Marie Lamour

Et puis le public debout, réclamant trois rappels. 
Merci Shadi Fathi pour ce moment magique à tes côtés, présence à la fois discrète et attentive, prenant ta juste place de soliste, dans un doux partage avec moi-même. 
Chacune ayant son moment et le signifiant à l’autre, sans un mot et, d’un seul regard, et même, par le souffle seul, à travers, la douce brise que nous avons pu installer, dès le départ, entre nous, enveloppant notre auditoire sans bruit, dans une économie totale de moyens et d’artifices scéniques, vocaux et instrumentaux. 
En revanche, quelle fantaisie et quelle jubilation cette pudeur des sentiments nous a autorisé !
 Je crois pouvoir dire, sans forfanterie aucune, que nous avons été fidèles au Souffle des Roses.

Merci à toi, Michel Wolkowitsky, de nous avoir invitées dans ce lieu unique, que tu mènes si bien, avec tant d’amour et depuis tant d’années, entouré d’une équipe dévouée et efficace : formidables vous êtes !
 Merci !

Françoise-Flore Atlan

Superbe ouverture du festival

C’est avec un programme original que l’Abbaye de Sylvanès a inauguré le dimanche 14 juillet la 42e édition de son festival international de musiques-sacrées et musiques du monde en compagnie de l’Ensemble Vocal et Instrumental de Montpellier sous la direction de Franck Fontcouberte.

Les 250 festivaliers furent instantanément plongés dans la joie avec l’emblématique Gloria de Vivaldi, son œuvre sacrée la plus célèbre au lyrisme éclatant. Pour le servir, un plateau artistique de choix et de charme avec les solistes Emilie Boudeau, Marine Chaboud et Wendy Pinchon.
En deuxième partie, une pièce méconnue et rarement interprétée en France, mais tout aussi magnifique, le Requiem for the living du jeune compositeur américain Dan Forrest. Cette œuvre lumineuse, d’une profonde spiritualité, composée comme une prière pour le repos tant des vivants que des défunts a fasciné le public. Solistes, chœur et instrumentistes ont brillamment interprété cette musique pleine de contrastes. Ils ont su faire vibrer les voûtes de l’abbatiale comme le cœur du public, reparti conquis et enchanté par cette belle découverte.

Après cette superbe journée d’ouverture, le festival promet encore d’autres beaux moments d’émotions jusqu’à la fin de l’été ! A suivre !

L’orgue de Sylvanès célèbre Jean-Louis Florentz !

A compositeur unique, événement musical unique !

Un vibrant hommage à Jean-Louis Florentz (1947-2004) et à son œuvre exceptionnelle se prépare à l’Abbaye de Sylvanès le week-end de la Pentecôte, du 8 au 9 juin.

Saviez-vous que ce compositeur, figure majeure du monde musical de la fin du 20e siècle est intimement lié à l’histoire de l’abbaye et de son grand orgue ? C’est en effet selon ses idées, en particulier le choix et l’harmonisation des jeux de mutations, que cet imposant instrument a été conçu dans les ateliers de Daniel Birouste puis inauguré dans l’abbatiale de Sylvanès en 1997 !

Voilà pourquoi, le Centre culturel de rencontre a choisi d’organiser, à l’occasion du quinzième anniversaire la mort du compositeur, ces « rencontres de l’orgue aujourd’hui » qui seront ouvertes à tous publics, spécialistes et professionnels mais aussi amateurs d’orgue ou simples curieux…

Tout au long du week-end, le plus grand orgue neuf d’Occitanie -aux quatre claviers, 4600 tuyaux et 59 jeux- fera vibrer l’abbatiale des œuvres de Jean-Louis Florentz. L’intégrale de son œuvre y sera notamment interprétée par les brillants organistes Michel Bourcier et Henri-Franck Beaupérin. De plus, dans la longue tradition des créations initiées par l’abbaye depuis plus de 40 ans à présent, cinq compositeurs de renommée internationale ont été sollicités pour l’écriture d’une œuvre pour orgue solo intitulée « Le Tombeau de Jean-Louis Florentz ». Ainsi, les cinq mouvements commandés par l’abbaye à Guillaume Connesson, Richard Dubugnon, Thierry Escaich, Guillaume le Dréau et Jean-Baptiste Robin, tous familiers de l’esthétique de Florentz seront dévoilés à l’occasion de deux concerts les samedi et dimanche à 17 h.

Enfin, des rencontres-débats publiques avec les interprètes et les compositeurs présents complèteront le programme de ce passionnant week-end musical. Elles exploreront l’univers de Jean-Louis Florentz et de l’orgue, l’œuvre inédite créée en son hommage, la composition pour orgue en général et promettent de riches échanges !

Le programme détaillé à découvrir ici.

Ces rencontres reçoivent le soutien de la SACEM

De jeunes aveyronnais embarqués dans la Vie rêvée d’Alice en 2019 !

La vie rêvée d’Alice s’inscrit dans la continuité des projets artistiques, pédagogiques et musicaux de l’Abbaye de Sylvanès qui, tels Les Misérables (2015/16), permettent la formation d’un choeur d’enfants, avec le soutien privilégié d’Aveyron-Culture et des Services de l’Éducation Nationale.

Acte 1, 2017/18. 90 élèves de CM2-6e de Pont de Salars ont participé à des ateliers d’écriture et de pratique vocale en classe afin de monter sur scène aux côtés d’artistes professionnels pour un conte musical inédit, composé par Cécile Veyrat sur un texte de Marie-Chloé Pujol-Mohatta.

Acte 2, 2018/19. Le projet est reconduit à Saint-Affrique, où un nouveau chœur d’élèves (90 élèves CM1-CM2/6E de l’école Blanchard et du collège Foch) découvre à son tour cette grande aventure pédagogique et musicale. L’aboutissement de ce travail pédagogique et artistique verra le jour en mai lorsque les élèves traverseront le miroir pour monter sur scène aux côtés de chanteurs et musiciens professionnels.

Rendez-vous le mardi 14 mai 2019 à 20h30, salle des fêtes de Saint-Affrique pour découvrir sur scène cet univers artistique pluriel mêlant musiques actuelles et chant lyrique dans une ambiance fantastique, poétique et colorée !