Raphaël Lucas, compositeur en résidence

Sur l’invitation de Michel WOLKOWITSKY, directeur général du Centre Culturel de Rencontre de l’abbaye de Sylvanès, le jeune compositeur Raphaël LUCAS effectuera une résidence de création artistique pendant deux ans à l’abbaye et participera à 3 festivals consécutifs.

Élève en percussions et en harmonie / contrepoint au CRR de Montpellier de 2001 à 2006, il s’est formé à la composition aux États-Unis, à la State University of New York collège de Purchase où il obtient un Bachelor of Music en 2009 et un Master of Music en 2012. Il étudie également à la Manhattan School of Music à New York (Master 1) sous la direction de Nils Vigeland, un élève du compositeur américain Morton Feldman. Cette année, deux de ses compositions, dont une création mondiale, commande de l’abbaye de Sylvanès, seront proposées dans le cadre du 42ème festival des musiques sacrées / musiques du monde pour le concert du Jeune Chœur de l’abbaye de Sylvanès, « l’Europe Mystique » Polyphonies sacrées des 17ème et 18ème siècles.

Le concert aura lieu samedi 17 août à 21h en l’Abbatiale de Sylvanès.

Partons à la rencontre du jeune compositeur.

Comment avez-vous connu l’Abbaye de Sylvanès ?

La première fois que je me suis rendu à l’Abbaye de Sylvanès, c’est en tant que percussionniste, au début des années 2000 avec l’Orchestre Contrepoint. Mais j’ai fait la connaissance de Michel WOLKOWITSKY en 2013 lors de la Saison Musicale de Saint-Guilhem-le-Désert, qu’il dirige et où une de mes œuvres a été jouée par l’Ensemble Orchestral de Montpellier sous la direction de Dorota ANDERSZEWSKA. Après quelques années passées à New York puis à Paris, je me suis installé en sud-Aveyron en octobre dernier. A la faveur de cette installation, j’ai repris contact avec Michel WOLKOWITSKY et c’est à ce moment que j’ai vraiment pu découvrir l’abbaye de Sylvanès.

 

Pourquoi avoir choisi l’Abbaye de Sylvanès comme résidence artistique ?

Dès mon installation dans la région je me suis rendu régulièrement à l’abbaye de Sylvanès. Nous avons eu de nombreux échanges avec Michel WOLKOWITSKY sur des sujets aussi variés que la littérature, le cinéma, la spiritualité, une passion commune pour la culture russe, etc. Le projet d’une résidence de création en composition a émergé de ces conversations et d’un désir commun de créer de la musique pour l’abbaye de Sylvanès. La dimension spirituelle, l’histoire et la richesse culturelle de l’Abbaye de Sylvanès en font un lieu parfaitement adapté à une résidence de création en composition. De plus, le Centre Culturel de Rencontre de l’abbaye de Sylvanès est une institution à taille humaine, chaleureuse, où l’atmosphère est propice aux échanges et à la créativité, avec une équipe administrative et technique disponible et passionnée. C’est aussi un cadre de travail idéal par les possibilités extraordinaires d’expérimentation qu’il offre, que ce soit avec le grand orgue, l’acoustique de l’abbatiale, la bibliothèque, l’immersion dans la nature, etc.

 

Comment ce lieu va influer sur votre création artistique ?

A l’origine, l’Abbaye de Sylvanès est un lieu de silence et de prière, niché dans une nature elle-même silencieuse et profonde. Être ici invite au recueillement, à la contemplation et à l’écoute de ce silence, à l’observation de toute une palette de nuances sensorielles, des sons de l’abbaye, des variations de lumière du paysage, etc. C’est un lieu qui inspire aussi une sorte de sobriété imposante. Je pense que c’est cet aspect qui va le plus influer sur ma façon d’aborder la composition.

Par ailleurs, le fait que le Centre Culturel de Rencontre soutienne ma création et porte les projets que je vais y réaliser dans le cadre de cette résidence d’artiste aura une influence fondamentale dans ma démarche, m’apportant la sérénité, l’ancrage et la confiance indispensable à toute pratique créative dans le monde actuel.

 

Comment vos œuvres qui seront interprétées ce samedi, vont-elles s’inscrire dans un programme de polyphonies des 17ème et 18ème siècles ?

Environ 8 ans séparent la composition des deux pièces qui vont être jouées. Nativity, composée en 2011 sur commande de la paroisse de Saint-Jean l’Évangéliste à Boston, est une mise en musique d’un texte extrait de la Corona, du poète mystique anglais John Donne, à la charnière des 16ème et 17ème siècles. Par son texte, cette pièce s’inscrit donc parfaitement dans ce programme, bien que son écriture musicale se situe plus de côté des compositeurs français de la première moitié du 20ème siècle.

L’autre pièce, Hymne est une commande de l’abbaye de Sylvanès, composée à la fin du printemps cette année. C’est la première œuvre que je compose dans le cadre de la résidence de création artistique. J’ai par ailleurs œuvré à sa composition sur les lieux même de l’abbaye de Sylvanès. Pour cette pièce, écrite pour 8 voix a capella, j’ai travaillé sur un superbe texte de l’auteur français Mathias Énard, extrait de son roman Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants. Il y évoque un épisode de la vie de Michel-Ange. Pour cette pièce, j’ai mis en œuvre une pensée inspirée entre autre par l’acoustique de l’abbatiale de Sylvanès. J’ai travailler sur une écriture contemporaine qui serait une dérivation de la façon de penser la polyphonie à la renaissance.

 

Jean-Louis Comoretto de Scandicus évoque VIA LUSITANA

Intéressé par les musiques européennes anciennes, l’ensemble Scandicus nous emmène cette année sur la « Via Lusitana », chemin de pèlerinage qui relie Lisbonne à Saint-Jacques de Compostelle. De la capitale du Portugal en passant par Coimbra et son université, et la grande cathédrale de Braga, huit chanteurs et un pèlerin conteur réactualisent les œuvres méconnues de compositeurs portugais de la Renaissance. Partons à leur rencontre…

  • Votre répertoire s’étend du chant grégorien aux madrigalistes italiens, pourquoi avoir choisi cette année ce programme de chants des chemins portugais ?

En fait, d’une part, il y a longtemps que nous souhaitions faire un programme autour des chemins de St-Jacques et d’autre part, nous avions dans les tiroirs de la musique portugaise de la Renaissance qui recèle de trésors qui ne sont que très rarement interprétés. C’est donc assez naturellement que nous avons eu l’idée de construire notre chemin autour des grands compositeurs et centres musicaux portugais. Ainsi est né ce programme que nous avons grand plaisir à chanter. Les musiques sont magnifiques.

 

Extrait live de « Via Lusitana » : Requiem de Lobo

  • En plus de proposer un programme inédit, aux pièces chantées par les huit voix d’hommes, s’ajoute la voix du pèlerin conteur incarné par Michel Wolkowitsky. Quelques mots sur cette démarche artistique ?

L’idée était d’emmener le public dans la démarche du pèlerin à la charnière du 16e et 17e siècle. Nous nous sommes appuyés pour cela sur un texte historique  «  Le pèlerinage d’un nommé Chrétien ». La fonction du conteur pèlerin est de faire cheminer le public avec nous, le faire réfléchir, imaginer et partager les émotions suscitées par la musique. Le pèlerin est en fait ce personnage central sans lequel il n’y a pas d’histoire.

  • Enfin, que vous inspire et que représente pour vous un lieu comme l’abbaye de Sylvanès ?

Pour nous, l’Abbaye de Sylvanès est le lieu idéal pour que cette musique s’exprime au mieux. La beauté du lieu, son histoire jacquaire, sa quiétude en fait une halte incontournable sur le chemin musical du groupe. L’adéquation entre lieu et de la musique est totale. Ensuite, en fonction des convictions de chacun, ce lieu chargé d’histoire et de chrétienté, est un symbole d’ouverture et d’oecuménisme par le travail réalisé. Nous terminons d’ailleurs ce programme par la lecture d’un texte qui ouvre vers cette humanité et universalité.

Puisque l’occasion nous en est donné ici, nous tenons à remercier l’équipe du festival, réunie autour de son directeur, de nous offrir les conditions optimales pour interpréter ces musiques.

Découvrez Jean-Louis Comoretto le vendredi 9 août à 21 heures pour « Via Lusitana« 

Rencontre avec Chimène Seymen

Alors que l’intégration de la Turquie à l’Union Européenne suscite le débat depuis 1978, année de sa candidature, le dialogue culturel, entre ce pays situé au carrefour entre l’Europe et de l’Orient, et la France n’a pas attendu de décision diplomatique !

Ce dimanche 4 août, à 17 h , l’abbatiale de Sylvanès accueille une rencontre polyphonique France Turquie, impulsée par Chimène Seymen, musicologue, professeure et soprano née à Izmir et de nationalité turque. Elle œuvre depuis 2003 pour des rencontres musicales entre la France et la Turquie. Ses projets ont été soutenus par Cultures France, le Mécénat Société Générale en France, et les Instituts Français d’Istanbul, d’Izmir et d’Ankara et ont été réalisés au sein des plus prestigieux festivals et théâtres des deux pays. Pour l’ensemble de ses projets de dialogue culturel, Chimène Seymen a reçu l’insigne de Chevalier dans l’Ordre des Arts et Lettres.

Le Chœur national Polyphonique d’Ankara et l’ensemble Sagittarius joignent leurs voix et accompagnent la soprano Chimène Seymen et le pianiste Güray Basol pour un programme des chants populaires de Turquie et des Chants Polyphoniques de France d’inspiration populaire…

Partons à la rencontre de cette artiste éprise d’Histoire et de partage :

  • Quel fut votre premier contact avec la France ?

La vie parisienne, non pas celle de Monsieur Offenbach, mais d’une étudiante d’Izmir, qui découvre l’architecture, les musées, les concerts. J’ai appris à écouter la musique de l’Occident grâce à mon professeur d’analyse musicale, Eveline Andreani.

  • Le dialogue musical des cultures turque et française est concomitant à la déclaration de la République Turque en 1923. Faire connaître la musique polyphonique occidentale à toute la population faisait partie des réformes entreprises par Atatürk. Votre projet se trouve-t-il en quelque sorte, dans sa continuité ?

D’une certaine manière, oui, mais cette fois, c’est pour faire connaître, ou rappeler, ce fait aux « occidentaux ». Le concert que nous avons présenté à Izmir, était effectivement pour rappeler ce fait en Turquie et par conséquent, dans la continuité de ce mouvement.

  • Indépendamment des raisons historiques de ce dialogue, y a-t-il des raisons plus intuitives qui vous ont poussées à vous intéresser à la France ?

Bien sûr, mon amour pour la musique française et plus !

  • En art, lorsque l’on évoque une inspiration par des éléments de culture des pays dits « orientaux », on parle d’Orientalisme. L’écrivain palestinien Edward Saïd adopte un point de vue critique sur cette démarche venue d’artistes occidentaux car elle colporte selon lui une image réductrice et fantasmée d’un espace condensé par un concept, celui d’un « Orient » défini par l’Occident. Le Musée Marmottant a d’ailleurs accueilli jusqu’au 21 juillet l’exposition « L’Orient des peintres, du fantasme de l’odalisque à l’abstraction. » C’est un thème qui intéresse l’actualité artistique ! Votre démarche est celle d’une « orientale » qui s’inspire de l’Occident, tout en proposant des compositeurs orientalistes ! Que pouvez-vous nous en dire ?

En effet « l’Orientalisme » en tant qu’idée artistique est une inspiration pour les compositeurs français, entre autres. Je pense que son expression dans l’art a évolué avec les idées et les exigences artistiques de chaque époque – du moyen âge à nos jours.

Je vis et suis intégrée dans la vie professionnelle en France depuis de nombreuses années. J’observe la Turquie depuis la France, avec mes connaissances et ma propre expérience de mon pays natal. Je peux donc proposer un autre regard. Faire des projets comparatifs est un bon terrain de réflexion avant de peindre le tableau musical d’un pays.

  • Tous les artistes qui se rendent à l’Abbaye de Sylvanès parlent d’une atmosphère propice au recueillement, à la création artistique… Les lieux seraient chargés d’ondes spirituelles. Depuis 2015, notre établissement est labellisé centre culturel de rencontre européen. Nous avons pour vocation le partage et l’ouverture au monde… Nous concrétisons ces objectifs en vous accueillant ! Quel fut le critère qui vous motiva à venir à nous ?

Je suis venue à L’Abbaye de Sylvanès pour participer à un atelier d’interprétation des pièces vocales de H. Schutz, sous la direction de Michel Laplenie. Les ondes spirituelles que vous évoquez, et le sentiment de bonheur humain et musical sont restés dans ma mémoire. Après tant d’années, quand j’ai entrepris de créer ce projet en France, l’Abbaye de Sylvanès est tout naturellement apparue dans mon esprit… J’avais envie de retrouver le bonheur de partager qui émane de ses murs.  

 

Propos recueillis par Casey Crouard, stagiaire au service communication   

Rencontre avec Frédéric Tavernier-Vellas

  • Pour vous, chanter, c’est… ?

    Chanter c’est l’expression du coeur dans l’infini variété de ses élans et de ses passions ! Chanter, c’est un coeur à coeur !

  • Depuis quand et pourquoi enseignez-vous le chant ?

    J’ai commencé à enseigner vers l’âge de 20 ans, mais ce n’était pas mon activité principale. Encore aujourd’hui, mon activité principale est dans les concerts mais j’aime transmettre !

  • La principale qualité pour être un bon professeur de chant ?

    Un bon professeur de chant doit être comme une sage-femme… Il fait naître une personnalité artistique dans un très grand respect de ce qu’elle a d’original, d’unique. Il est aussi celui qui transmet avec passion tout ce qu’il a appris et découvert dans sa formation et son expérience.

  • Pour vous, quelle est la principale vertu du chant ?

    Le chant est une respiration pour le corps et pour l’âme. Un bon chanteur sait respirer et cela est excellent pour la santé ! Par ailleurs, il permet d’exprimer ce que l’on porte au plus intime de soi : j’aime dire que le chant est l’enveloppe affective de la parole.

  • Votre répertoire de prédilection ?

    Pour moi, c’est évidemment la musique byzantine… mais j’aime également la musique hébraïque, surtout séfarade,et les répertoires sacrés de l’Occident comme le chant des chartreux !

  • Quel artiste vous a le plus inspiré ?

    Mon professeur de hautbois, Philippe Pélissier parce qu’il a donné naissance à ma vocation artistique et les maîtres en chant Magdalith, Maximos Fahmé, Ioakim Grillis sans oublier Lykourgos Angelopoulos et Marcel Pérès…

  • Votre meilleur souvenir à l’abbaye de Sylvanès ?

    Difficile de parler d’un meilleur souvenir ! Chaque passage me donne l’impression que c’est le meilleur ! Au fond, Sylvanès est un lieu source où il fait bon venir pour chanter, revoir des amis et échanger !

  • Quel autre métier auriez-vous pu faire ?

    J’aurais pu m’orienter vers la philosophie, que je pratique toujours mais le temps est cruel et on ne peut pas tout mener de front !

  • Quelle œuvre emporteriez-vous sur une île déserte ?

    Si je n’avais droit qu’à un seul livre, ce serait la Bible… Autrement j’aimerais emporter ma bibliothèque !

  • Quel conseil donneriez-vous à un apprenti chanteur?

    Travailler avec patience, détermination, humilité et surtout chercher en tout temps à être vrai dans son chant.

Frédéric Tavernier-Vellas reviendra à Sylvanès cet été pour encadrer un stage de Chant sacré d’Orient et d’Occident du 29 juillet au 3 août 2019 et sera en représentation le 23 AOÛT 2019 lors du 42E Festival de l’Abbaye.  

Source : Abbaye de Sylvanès

Rencontre avec Milena Jeliazkova, chanteuse

  • Pour vous, chanter, c’est… ?
    Respirer.
  • Depuis quand et pourquoi enseignez-vous le chant ?
    Depuis presque 15 ans. Parce qu’il est primordial pour moi de transmettre la culture de mon pays, et le chant polyphonique a toujours été un moyen à la fois ludique et efficace.
  • La principale qualité pour être un bon professeur de chant ?
    Savoir susciter le désir de bien-faire, en connectant technique et émotions sincères.
  • Pour vous, quelle est la principale vertu du chant ?
    Celle de reconnecter l’âme au corps – de rendre l’âme tangible par l’expression du corps.
  • Votre répertoire de prédilection ?
    Polyphonies bulgares
  • Quel artiste vous a le plus inspiré ?
    Zvetanka Verimezova. Et la plupart des ensembles de musique traditionnelle bulgare.
  • Votre meilleur souvenir à l’abbaye de Sylvanès ?
    Le tout premier concert de BALKANES en 2006.
  • Quel autre métier auriez-vous pu faire ?
    Je pratique déjà toutes mes passions – chanter, composer, enseigner, coacher, peindre.
  • Quelle œuvre emporteriez-vous sur une île déserte ?
    Musique – « Rapsodie Bulgare » de Pantcho Vladiguerov ; Peinture – « Le baiser » de Klimt ; littérature – tout Jane Austen
  • Quel conseil donneriez-vous à un apprenti chanteur?
    De se faire confiance.

Milena Jeliazkova reviendra à Sylvanès  cet été pour encadrer avec Milena Roudeva un stage de polyphonies bulgares du 22 au 26 juillet 2019. 

Source : Abbaye de Sylvanès