Pons de Léras, un convers pas comme les autres…

On l’a vu précédemment, Pons de Léras, après s’être repenti de ses actes de violence, se tourne vers une carrière de religieux en ce début de XIIe siècle. En 1132, partant de son ermitage de Sainte Marie du Théron, dans l’actuelle vallée de Sylvanès, sur la rive Sud du Cabot, il s’en va vers l’abbaye cistercienne de Mazan située à plusieurs jours de marche au Nord-Est. Là-bas, il va se former à une vie monastique exigeante et très réglementée, mais qui laisse la place à des profils très divers. Cette place au sein de l’ordre de Cîteaux, Pons la trouve parmi les frères convers.

Mais… C’est quoi un frère convers !?
Le statut de frère convers n’est pas une invention cistercienne. Avant le XIIe siècle, dans d’autres ordres religieux, chez les clunisiens par exemple, les convers sont des adultes choisissant de prononcer leurs vœux monastiques et de se mettre au service d’une communauté religieuse. Ils ont connu une vie de laïc qui leur confère, en général, une certaine appétence pour les travaux physiques, dont les moines prieurs sont assez peu friands. Entre autres, ils défrichent, labourent et cultivent des domaines monastiques encore relativement restreints. Souvent, ces convers sont issus de la classe laborieuse, subordonnée au clergé et à la noblesse durant l’époque médiévale. En prenant l’habit religieux, ils espèrent trouver une vie plus paisible au sein d’un monastère, sans pour autant s’élever socialement. Cependant, les places sont rares. Cîteaux change la donne.

Essai de reconstitution des vêtements monastiques : à droite, les moines tonsurés portent une tunique et un scapulaire; à gauche, les convers, hirsutes et barbus, sont vêtus d’une tunique avec scapulaire et capuchon.
Illustration © Denis Poughon, extrait du livre “Vivre dans une abbaye” de Jean-Baptiste Lefèvre

Quoi de neuf pour les convers cisterciens ?
Alors que les cisterciens commencent à essaimer, en fondant de nouvelles abbayes, Étienne Harding, abbé de Cîteaux, commence en 1119 la rédaction de la Charte de charité. Ce document, constitutif de l’Ordre, apporte, entre autres, des précisions sur l’organisation économique cistercienne. On y apprend que les moines doivent exploiter directement l’entièreté de leurs domaines, en refusant le système de la tenure qui fragilise les possessions monastiques.  Or, les domaines cisterciens sont vastes, et les moines doivent se consacrer en priorité à la prière. Les convers, main-d’œuvre gratuite, deviennent alors essentiels. Pour preuve, au XIIe siècle, ils constituent les deux tiers de la population des abbayes affiliées à Cîteaux. On trouve parmi eux des hommes et des femmes issus d’origines sociales variées (ce qui est exceptionnel pour cette époque), soucieux du Salut de leur âme et, pour certains, convaincus par les mots de Bernard de Clairvaux : « Travailler, c’est prier ». Les granges monastiques, parfois éloignées des monastères, font partie de leurs lieux de vie. C’est depuis ces granges qu’ils se chargent du commerce des éventuels excédents de production.

Légende, les frères convers (à gauche) s’occupent du travail manuel tandis que les moines (à droite) prient. Source: enluminure extraite du Commentaire sur l’Apocalypse avec Interpolations d’Alexandre de Brême (fin XIIIe siècle)

 

Et Pons de l’Héras dans tout ça ?
On pourrait voir ces convers comme des religieux « de seconde zone », ne portant même pas le nom de moine, si des cas comme Pons de Léras n’existaient pas. Loin d’être devenu un humble laboureur au service de la communauté monastique, l’ancien chevalier est cité comme témoin dans plusieurs actes de donations faites à l’abbaye de Sylvanès. Il semble donc rester à la manœuvre dans l’accroissement du domaine monastique même après la transformation de son ermitage en monastère cistercien en 1136, dont il n’est théoriquement plus le chef. Ces éléments peuvent créer un doute sur son statut de convers, ou au moins sur le laps de temps durant lequel il le fut. Mettons cela sur le compte d’une période où l’organisation cistercienne est encore balbutiante, en particulier à Sylvanès, au tournant des années 1140. A ce moment, les convers paraissent bénéficier de davantage de responsabilités, pour le bonheur d’anciens seigneurs comme Pons de Léras. En 1188, l’Ordre cistercien finit par interdire au membre de la noblesse de devenir convers, cantonnant pour de bon ces frères à une place inférieure.

 

 

Thomas Pouget en résidence à Sylvanès

Cinq questions à Thomas Pouget, artiste en résidence à l’Abbaye de Sylvanès

Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?
Je m’appelle Thomas Pouget, je suis metteur en scène et comédien. Je dirige en Lozère une compagnie professionnelle de théâtre qui s’appelle La Joie Errante. Nous créons des spectacles sur des thématiques variées (agriculture, passage de l’enfance à l’adolescence, classes moyennes, …) et d’autre part, nous menons des actions de territoire (résidences, stages, lectures, création de festival) avec un objectif commun : s’émouvoir et réfléchir ensemble autour de questions universelles. 

En janvier 2024, tu as débuté une résidence de territoire à l’abbaye de Sylvanès, en quoi consiste-t-elle ?
Cette résidence, c’est l’occasion de rencontrer les habitants qui font le paysage local, en partant du principe que tout le monde a une histoire à raconter et qu’il y a systématiquement de la complexité dans chacune. Au fur et à mesure de ces rencontres, il y a un puzzle qui se complète, un tableau qui se dessine sur ce qu’est le territoire, et sur les gens qui y habitent. Des thématiques se dégagent, des perceptions tantôt semblables, tantôt contradictoires et l’objectif final étant que les gens du pays s’emparent de ces témoignages qui m’ont été confiés afin de révéler un portrait de leur village.
En somme, on crée une matière théâtrale à partir de témoignages, interviews, anecdotes, tout comme on a l’habitude de le faire pour nos spectacles. Mais que les futurs participants se rassurent, pas forcément besoin d’apprendre du texte ou d’avoir fait du théâtre pour faire partie de la restitution finale.

 

Le 17 mars prochain, tu invites le public local à une lecture publique à l’abbaye. Peux-tu nous en dire plus sur cette rencontre?
Les lectures, elles sont à mon sens indispensables dans une démarche de résidence territoriale. Souvent considérées comme le parent pauvre du théâtre, elles sont plus qu’une simple lecture. Elles sont vivantes. C’est l’occasion de découvrir des auteurs sur des thématiques, et notamment pour cet événement du 17, des auteurs qui ont écrit sur la campagne. Celle d’hier et celle d’aujourd’hui.
Aussi, les spectateurs pourront entendre par exemple du Daudet avec Les lettres de mon Moulin, des Fables de la Fontaine et d’autres surprises. C’est partir à la rencontre d’écritures différentes, mais autour d’un sujet commun.

Ta compagnie de théâtre s’appelle la Joie Errante : pourquoi ce nom et qu’est-ce qu’il symbolise pour toi ?
C’est toujours assez délicat de choisir le nom d’une compagnie et ça serait intéressant de savoir ce que ce nom évoque chez les spectateurs. Pour ma part, ce nom est à la fois un mantra, et une conviction. Ne jamais oublier la Joie qui nous anime, qui nous pousse à savourer ce que nous faisons, et faire en sorte qu’elle puisse être partout.

La lecture de ta pièce « Vacarmes » est elle toujours prévue au prochain Salon de l’agriculture ? Si oui, avec quel état d’esprit vas tu t’y rendre ?
Elle l’est toujours. Le 25 et 26 février, à 11 h, sur le stand d’Eliance et celui du département de la Lozère. Avec tout ce qui se passe actuellement, ça va être très intéressant d’y être. Cela fait un moment qu’à l’issue des représentations, on entend des spectateurs nous dire  » vous devriez aller le jouer au salon votre spectacle « , cette fois, c’est pour de bon  !
J’ai envie de penser que ça n’est que le début, que d’y aller n’est qu’un prémisse à quelque chose de plus grand. Donc oui, j’y vais avec une envie certaine d’en démordre et la certitude que ce texte doit être entendu, par tous et toutes, sur ce que c’est que d’être paysan. 

 

Thomas Pouget reviendra en résidence à Sylvanès du 28 avril au 3 mai et en novembre 2024.

Lecture publique le 17 mars à 16h dans le scriptorium de l’abbaye – participation libre 

 

 

Des hommages à Gabriel Fauré en 2024 !

Gabriel Fauré (1845-1924) s’est éteint il y a un tout juste siècle et notre attachement à sa musique est intact. L’occasion est donc belle pour le Centre culturel de rencontre de commémorer le compositeur français lors de deux ateliers choral-production pour choristes amateurs confirmés. Ces deux stages donneront lieu à la production de concerts dans le cadre du 47e Festival de Musiques Sacrées- Musiques du monde les 21 juillet et 15 août 2024.

Bernard Tétu ouvrira les festivités avec son Atelier choral-production qui se déroulera du 15 au 21 juillet à l’abbaye de Sylvanès.
Au programme, une suite de musiques françaises en hommage à Gabriel Fauré : un programme original, ambitieux et varié ! Parmi les œuvres de Gabriel Fauré au répertoire de ce stage, on y trouvera : sa Pavane  au thème inoubliable ou encore Les Djinns œuvre spectaculaire qui reprend la construction « en losange » du poème de Victor Hugo sans oublier l’intense Cantique de Jean Racine.


Des œuvres plus rares et inclassables d’autres compositeurs français seront aussi au programme de l’Atelier choral comme le grand Chœur d’ombres d’Hector Berlioz, une œuvre extrêmement impressionnante et émouvante, un extrait des 7 paroles du Christ en croix de César Franck en particulier un choeur de foule au refrain puissant et provocateur !

Francis Poulenc sera mis aussi à l’honneur avec des extraits du Gloria et un chœur de sa cantate très peu connue intitulée Sécheresses : le village abandonné.

C’est avec deux œuvres majeures du répertoire de musique sacrée que Michel Piquemal, à la tête de sa 35e Académie de choeurs, rendra aussi hommage au génie de Gabriel Fauré. Le stage se déroulera du 7 au 15 août 2024 à Saint-Affrique où près de 80 choristes sont attendus pour travailler l’émouvant Requiem de Fauré et la Messe des pêcheurs de Villerville, écrite avec André Messager.

Gabriel Fauré, également organiste et maître de chapelle à l’église de la Madeleine, explore tout en douceur la richesse chorale héritée des formes liturgiques anciennes, tout en insufflant dans son Requiem un style singulier, qui évite les effusions dramatiques alors en vigueur. Dans un esprit similaire, la Messe des pêcheurs de Villerville, écrite avec André Messager alors que les deux hommes se reposaient sur la côte normande, se distingue par sa modestie et sa délica­tesse. Peu jouée, cette messe pour chœur de femmes per­mettra de ressaisir toute la subtilité du style français, que Fauré a fait entrer avec succès dans le répertoire religieux.

Plus de détails sur ces deux ateliers et demande d’inscription
sur notre site courant février.

 

De la clarté sur nos ombres et notre histoire

A l’issue d’une semaine de travail chaleureuse et fraternelle, sous la direction de velours de Bernard Tétu accompagné par Florence Vettes, les participants à l’atelier choral 2023 ont fait briller l’abside de l’abbatiale en interprétant le très rare Requiem de Donizetti dans une version pour solistes, chœur, piano 4 mains et timbales. Cette œuvre, pourtant écrite pour la mort de Bellini, fait la part belle aux bel canto masculins et aux chœurs rayonnants empreints d’ouverture harmonique et spirituelle. Lors du final, le public debout comme pour toucher les arcades de la voûte, acclamait les envolées lyriques des quatre solistes emportées par les roulements de timbales et l’explosion chorale tonitruante, suspendue dans la douceur d’un decrescendo peu commun pour terminer ce type d’œuvre.

À la tombée du jour, les musiciens, danseur et conteur de l’Emidy Project (création du compositeur anglo-nigérien Tunde Jegede) ont illuminé aux couleurs du monde la prairie de l’ancien cloître de l’abbaye. Embarquement immédiat tragico poétique, relatant l’odyssée forcée du violoniste métisse virtuose Joseph Antonio Emidy, contemporain de Haydn oublié par l’Histoire de la musique, qui fut esclave avant de devenir chef d’orchestre et premier compositeur issu de la Diaspora africaine. Au travers de la traversée de trois continents où se mêlent musiques baroques, brésiliennes, canciones sud américaines et transes africaines, ce voyage musical nous fit emprunter les routes de l’esclavagisme et les chemins d’une perpétuelle quête de liberté, dans un monde où les différences étaient synonymes de sombres destinées.
Un spectacle essentiel où l’individuel rejoint le collectif, et témoigne du passé pour comprendre notre présent, dans l’espoir de nous inciter peut être à ne pas reproduire l’histoire…

Vixenzo G.

 

 

 

Restitution du projet « Chorale à l’école »

Ce mardi 27 juin 2023 à 14h30 à l’Abbaye de Sylvanès a eu lieu la restitution publique du projet « Chorale à l’école », au cours duquel ils ont appris le chant dans différentes langues et développé leur culture musicale. 175 élèves, dirigés par Marine De Sola, ont pu proposer un voyage sur les rives de la mer Méditerranée et une merveilleuse ouverture au dialogue des cultures dans l’acoustique exceptionnelle de l’église abbatiale !

Devant un public nombreux composé de familles, amis et curieux, les élèves ont présenté le fruit de leur travail impliquant 10 écoles primaires du territoire intercommunal : Cénomes, Brusque, Fayet, Murasson, Saint-Sever-du-Moustier, Montlaur, Camarès, Camarès Saint-Michel, Belmont et Saint-Sernin.

Ils ont retrouvé pour la dernière fois la Compagnie Rassegna, dirigée par Bruno Allary, chanteur, guitariste, mais aussi les voix et instruments de Sylvie Paz, Carine Lotta et Fouad Didi, qu’ils ont rencontré le mois dernier à l’abbaye de Sylvanès lors du concert pédagogique « l’Arc de Cercle ».

Réécoutez un extrait du spectacle avec la chanson Milo Mou Kokkino, interprétée en choeur par la Compagnie Rassegna et les élèves :

 

Merci aux enseignantes, à Marine De Sola, à la Compagnie Rassegna et un grand bravo aux élèves qui ont su livrer une belle prestation dans l’acoustique exceptionnelle de l’église abbatiale !

Ce Projet « Chorale à l’Ecole » est initié par le Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Sylvanès et co-construit en partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Départemental de l’Aveyron, le Département de l’Aveyron, avec le soutien de la Communauté des Communes Monts, Rance et Rougier, de l’Education Nationale et la DRAC Occitanie.

Le Jeune Orchestre baroque européen (Jobe) en résidence à l’abbaye

L’Abbaye de Sylvanès est fière de compter le Jeune Orchestre baroque européen (JOBE) parmi ses résidents artistiques.

Du 1er au 5 mai, la promotion 2023 du JOBE (Jeune Orchestre baroque européen) s’est réunie pour une première session de formation au CCR (Centre Culturel de Rencontre) de l’abbaye de Sylvanès, en compagnie de la directrice musicale Margaux Blanchard, assistée par Sylvain Sartre et Brice Sailly, et accompagnés de 5 chanteur talentueux: Heleen BONGENAAR (soprano), Eunice AGUIAR (soprano), Gaël LEFEVRE (alto), Paul BELMONTE (ténor), Jorge MARTINEZ ESCUTIA (baryton), et Lucien MOISSONNIER-BENERT (basse).

Le projet musical de cette résidence de formation professionnelle vise à produire un concert le 28 juillet à l’abbaye ainsi qu’une petite tournée. Les stagiaires travaillent sur l’opéra sacré « La Suzanna » d’Alessandro Stradella, un oratorio du XVIIe siècle qui requiert dynamisme et théâtralité dans l’interprétation. La dramaturgie est donc un élément important du travail, ainsi que la diction lyrique italienne, pour laquelle l’experte Floriana Pezzolo intervient. La Suzanna est l’histoire biblique d’une femme mariée qui refuse les avances de deux juges, qui décident alors de la juger en mentant. Heureusement, un justicier rétablit la vérité et prouve son innocence. Cette histoire riche en émotions permet aux stagiaires de développer leur interprétation musicale et théâtrale.

La particularité du JOBE est d’être la seule académie menée par un ensemble. Cela permet aux jeunes diplômés de bénéficier de l’expérience pratique de professionnels confirmés et de se confronter à la réalité du métier. La résidence de formation professionnelle est une initiative de l’ensemble Les Ombres, créée après la période du Covid pour aider les jeunes diplômés à accéder à un projet professionnel. La nouveauté cette année est que la promotion inclut des chanteurs, ce qui a tout de suite correspondu avec le CCR de Sylvanès, qui a une longue tradition de mise en valeur du chant.

Fondé en 1985 par le célèbre chef d’orchestre et claveciniste français, Jean-Christophe Frisch, le JOBE est un ensemble de musique baroque composé de jeunes musiciens professionnels européens âgés de 18 à 30 ans, sélectionnés parmi les meilleures écoles de musique du continent.

Le répertoire du JOBE est riche et varié, allant des œuvres les plus connues de compositeurs tels que Bach et Vivaldi aux pièces moins connues de compositeurs moins célèbres. Les membres du JOBE bénéficient d’une formation approfondie en musique baroque, travaillant avec des experts de renommée mondiale dans le domaine pour développer leurs compétences et leur technique. En plus de ses concerts à l’Abbaye de Sylvanès, le JOBE se produit dans des salles de concert et des festivals dans toute l’Europe.

Retrouvez le reportage en intégralité sur Youtube ici:

La deuxième session de formation se tiendra du 17 au 22 juillet et réunira l’ensemble de l’effectif (chanteurs et instrumentistes) à Uzès (Gard-France).

Hâte de les retrouver pour un concert le 28 juillet à l’abbaye, réservez vos billets dès maintenant !

Avec le soutien de la Fondation Orange

Forêt en fête 2024

LES 14, 15 ET 16 JUIN

Ne manquez pas la treizième édition de Forêt en Fête, un événement incontournable dédié à la nature, la forêt et l’artisanat, qui se tiendra du 14 au 16 juin 2024 !

Au programme, des animations familles, des  sorties naturalistes / nocturnes, de grimpe d’arbres et tyrolienne, des balades, des expositions, des projections de films, des performances arborées, des conférences, du marché d’artisans, du spectacle et concert ! Grâce à la collaboration entre l’association Millefeuilles et l’abbaye de Sylvanès, la forêt prendra vie et vous transportera dans un monde de découvertes et d’émotions.

Petits et grands, curieux et spécialistes, tout le monde sera enchanté par ces journées à ne pas manquer. Venez découvrir la beauté et la richesse de la nature dans un cadre exceptionnel à proximité de l’abbaye de Sylvanès.

Nous vous attendons nombreux !

 

LE PROGRAMME COMPLET À TÉLÉCHARGER ICI

 

Mardi 11 juin  

Sylvanès

– Stage Poterie avec Christophe Bayssière : une demi-journée d’atelier créatif pour découvrir le tournage.
Tarif stage 42€ – sur inscription

Jeudi 13 et vendredi 14 juin  

Stage Vannerie avec Armelle Dagorn – création de panier avec l’utilisation de matériaux divers : osier, châtaignier, roseaux…. Tarif stage 60€ – sur inscription

Vendredi 14 juin  :

Camarès

21h00 : Film-documentaire « Une vie de Grand Rhinolophe » de Tanguy Stoecklé. En présence de Rodolphe Majurel du Groupe Chiroptère Languedoc-Roussillon – Participation libre

Projection au cinéma le Temple à Camarès : ce film vous invite à partager la vie d’une jeune femelle et de sa mère, pour le meilleur et pour le pire. Vous serez les témoins de scènes exceptionnelles jamais filmées auparavant…

22h00 : Sortie nocturne à la découverte des chauves-souris Camarésiennes et de leurs modes de vie.

Tarif 5€ – sur inscription (06 82 97 33 85)

Samedi 15 juin  :

Sylvanès

16h00 : conférence / Rencontre « Les Chauves-souris forestières », rencontre avec les chiroptères de France métropolitaine. Par Emile Poncet du Conservatoire des Espaces Naturels Occitanie – Participation libre

Site des Bains de Sylvanès

Dès 16h00 : animation familles, ateliers créatifs, participatifs et ludiques :
* Présentation d’animaux vivants de la faune sauvage avec l’Association Kermit
* Rencontre avec les espèces « mal-aimés » avec l’Association Millefeuilles
* Atelier vannerie avec création d’objets tressés avec Armelle Dagorn
* La biodiversité forestière avec la MFR de St Sernin/Rance
* La découverte des « écogestes » pour préserver la biodiversité avec Alicia Viala

Grimpe d’arbres : quoi de mieux pour découvrir et explorer un arbre que de le grimper ? Se reconnecter à notre enfant intérieur, unique et sensoriel, tout en apprenant plein de choses sur lui et son écosystème – A la croisée des arbres. Inscription sur place – Pour adultes et enfants à partir de 6 ans. Personnes en situation de handicap

Stands d’artistes et d’artisans : 

* Christophe Bayssière – Poteries artisanales, ornementales et utilitaires
* Bruno Chartier – Tourneur sur bois
* Claude Fricaud et Florence Frochot – Filage, tissage et teintures végétales
* Christian Kaux – Nichoirs et p’tits objets en bois
* Les Simples de L’ange – Tisanes et alcoolatures
* Dominique Maisonabe – Tourneur sur bois
* Morgan Muller – Bijoux et objets en bois
* Anaïs Nollo – Sculptures décoratives, bijoux et ustensiles

Bibliothèque forestière
Espace de lecture et de découvertes pour petits et grands par la Bibliothèque intercommunale de Camarès.

Exposition « Hyper Nature », des images naturalistes surprenantes pour redécouvrir une nature belle, prodigieuse et presque vivante. Par Philippe Martin

Stands d’auteurs et d’éditeurs :
* Les ouvrages naturalistes de Philippe Martin
* Le Rougier du Camarès de Fabien Bringuier

Stands médiation : les Bains et le thermalisme de Sylvanès à travers les siècles.

Balade à poneys avec Amandine des Poneys de Patchanka – Participation libre

16h30 et 17h30 : sieste musicale « Arbrité, salon suspendu » par la Cie Duo des Branches
Une invitation à vivre la canopée au ras du sol, sur des lits géants, bercé par une bande sonore et par les mélodies des musiciennes installées au cœur de l’arbre.

17h30 : balade naturaliste, un voyage scientifique incroyable à la rencontre du vivant avec l’écologue Philippe Martin.

19h00 : inauguration, signature officielle de l’Obligation Réelle Environnementale de la Forêt de Sylvanès avec le PNR des grands Causses et le Conservatoire des Espaces Naturels Occitanie.

20h30 : Spectacle « Feuillage, performance arborée » par la Cie Duo des Branches
Entre voltiges aériennes et moments poétiques hors du temps qui invitent à la contemplation, à voir et vivre l’arbre différemment de notre quotidien – Tous publics

21h00 : sortie nocturne à la découverte des chauves-souris et de leurs modes de vie.

22h00 : concert avec Blue Drag, du Brésil à la Nouvelle-Orléans, Blue Drag vous transportera, à travers des musiques « Swing » et « Funk », jusqu’aux sources de la rythmique « Groove ». – Entrée gratuite

Buvette sur place

INÉDIT : Possibilité de Bivouac Perché sur le site des Bains de Sylvanès ! 
Une nuit dans les arbres pour admirer le ciel étoilé, le lever de soleil, la faune sauvage et se reconnecter à ses instincts oubliés (tarif: 90 € – sur inscription, au 07 83 17 48 13).

Restauration sur place à Sylvanès
Présence d’Aurélie de La Table du Lieu-Dit. Produits locaux, saveurs d’ailleurs !

Dimanche 16 JUIN

Murasson

Parking salle des fêtes

14h30 :  balade naturaliste; excursion forestière dans l’Espace Naturel Sensible du Bois de Gipoul dans les forêts des Monts de Lacaune ! Une découverte du patrimoine forestier à travers ses richesses naturelles (paysages et biodiversité).
Accompagnée par Fabien Bringuier. – Gratuit.

 

Renseignements / Inscription
Abbaye de Sylvanès – 05 65 98 20 20
www.sylvanes.com

 Tarif journée (samedi) : 5€/personne – Gratuit moins de 3 ans

 

Une manifestation soutenue par la Région Occitanie, le Département de l’Aveyron, la Communauté de communes Monts, Rance et Rougier, Le Parc naturel régional des Grands Causses

Paris, Berlin, Broadway : une nouvelle création !

Trois villes, trois périodes, trois phases de l’histoire du cabaret ! Voilà le sujet, sur une idée originale de Michel Wolkowitsky et un scénario d’Axel Mattei, de cette résidence de création qui a débuté en 2022 et se poursuit en mars et en juin 2023. 

Le défi pour les six artistes accueillis à l’abbaye : illustrer ces trois périodes dans ces trois lieux –  le Paris des années folles (1920-30), Berlin dans les sombres années 30-40 et enfin l’âge d’or de Broadway dans les années 50-60… et en faire un spectacle musical scénarisé avec un fil conducteur qui amène le spectateur doucement mais sûrement dans ces trois univers…

Le scénariste Axel Mattei explique : « Notre spectacle se déroule comme un polar qui se passerait dans les coulisses d’un théâtre genevois au début des années 70… Mais qui était ce mystérieux Percy Hamilton qui a écrit avant de mourir une revue sur mesure pour ces trois chanteuses qui ne se connaissent pas et qui arrivent le même jour de trois villes lointaines ? Quels étaient ses rapports avec Viktor, le directeur du théâtre et Sacha, le pianiste chef d’orchestre ? C’est ce que le public découvrira au fur et à mesure des répétitions… Car nos chanteuses répètent sous la direction de Viktor une revue à grand spectacle « Les sœurs Hamilton ». »

Michel Wolkowitsky ajoute :  « Nous suivrons le montage de la revue de la première à la dernière répétition, ce qui sera l’occasion de donner au public encore plus qu’un spectacle musical traditionnel puisqu’il partagera avec nous les doutes, les crises et les joies qui émaillent généralement les répétitions… Et ce jusqu’au final qui prendra la forme du dénouement de l’intrigue dans une explosion musicale… »

Parmi les trois chanteuses de la distribution, nous retrouvons Emilie Boudeau Jacqueline, la chanteuse française, Sophie Hanne Hannah, la chanteuse allemande , Delphine Mégret Lisbeth, la chanteuse américaine. Dans le rôle de Viktor, le directeur et metteur-en-scène, nous reconnaitrons Michel Wolkowitsky. A leurs côtés, Yves Dupuis incarnera Sacha, le pianiste chef d’orchestre.

Séance de travail au cours de la résidence

Du chant, de la danse, de la mise en scène en direct au service d’un répertoire qui va de Satie à John Kander, de Schönberg à Franz Lehar avec une grande présence de Kurt Weill, un clin d’œil à Verdi et un salut respectueux à Georges Gershwin… Des choix musicaux savamment établis par Michel Wolkowitsky en collaboration avec Axel Mattei.

Wilkommen, bienvenue, welcome ! Et vivement 2024 pour découvrir ce nouveau spectacle !

Milena Jeliazkova, l’amour de la Bulgarie

Profondément attachée à l’abbaye, la chanteuse bulgare Milena Jeliazkova inaugurera la saison 2023 des stages de chant du Centre culturel de rencontre du 12 au 16 avril avec  un stage de chants traditionnels bulgares. Un autre suivra à l’automne du 18 au 22 octobre. Cette artiste aux talents multiples nous en dit plus sur les deux répertoires spécifiques qu’elle abordera cette année, sur sa passion de transmettre l’art bulgare et sur son tout premier roman…

 

• Ce sont deux stages inédits de chants traditionnels bulgares que tu proposes en avril et en octobre, peux-tu nous en dire plus sur ces répertoires ?
J’ai eu envie cette année de proposer deux thématiques bien spécifiques.
En avril (12 au 16), les chants bulgares de rituel seront à l’honneur. Ils sont liés de manière fonctionnelle à certaines coutumes et dépendent en grande partie directement du lien très fort du peuple bulgare avec la Nature. Ce sont des chants du calendrier, reliés depuis des siècles à un jour férié comme par exemple Noël, le Jour de Lazare, (fête orthodoxe : le samedi avant le dimanche des Rameaux), le jour de Enyo (jour du solstice d’été le 24 juin), etc. Il s’agit aussi en partie de chants de coutumes familiales, autrement dit de chants non liés à un jour précis du calendrier mais liés à certaines occasions comme un baptême, un mariage, ou un inhumation. J’accompagnerai l’apprentissage de chaque chant de l’explication du rituel ou de la coutume correspondant(e).

En octobre (18 au 22), je propose une promenade musicale dans la péninsule balkanique. Les chants où la part du Merveilleux est importante m’intéressent tout particulièrement. Carrefour des Civilisations et des Empires divers, terres pétries de mythes et légendes, les Balkans fascinent sans cesse l’imaginaire collectif occidental parce que les pays qui les composent véhiculent encore aujourd’hui des croyances païennes très anciennes. Ici se croisent et cohabitent des vampires et des dragons, des nymphes maléfiques et des ogres bienveillants ; Orphée, Drakula et Krali Marko (héros de guerre légendaire) y sont nés. J’aimerais que le temps s’arrête pendant ces quelques jours de stage… Qu’avec les stagiaires nous puissions nous extraire du temps humain, régi par la montre et la fuite toujours en avant, pour nous plonger dans un univers onirique d’antan, saisi dans une sorte d’éternité, à travers des chants traditionnels de Bulgarie, Macédoine, Grèce, Serbie, Croatie, Roumanie….

Une répétition du stage de polyphonies bulgares à la Chapelle russe de Sylvanès

• Quelle méthode privilégies-tu lors de tes stages ?
L’enseignement oral. Les danses traditionnelles aussi, pour mieux intégrer les rythmes. Transmettre oralement veut dire chanter inlassablement une mélodie jusqu’à ce qu’elle soit apprise, jusqu’à ce que l’élève entende jusqu’au plus petit intervalle, jusqu’à ce qu’il saisisse la plus infime subtilité de pulsation, de dialecte et de son. Cela l’oblige à rester vigilant à son état corporel et émotionnel, dans une posture d’ouverture sensorielle totale à son environnement, tandis qu’avec un apprentissage par partition le mental est seul le grand meneur du jeu.

• Ces stages sont ils ouverts à tous ? Quels sont les pré-requis souhaités pour y participer ?
Mes stages sont ouverts à toute personne qui aime chanter, qui a déjà une bonne expérience individuelle ou collective de chant, quel qu’il soit, une oreille bien développée, et une curiosité d’esprit et de cœur.

• Depuis quand encadres-tu des stages à Sylvanès ? Quelle est pour toi la particularité de ce lieu de transmission ?
J’ai la joie et l’honneur d’animer des stages à l’Abbaye de Sylvanès depuis 2016, une ou deux fois par an. J’aime transmettre particulièrement ici, car le lieu est pétri d’histoire, son âme vibre magnifiquement, puisque l’énergie est haute. Grâce à Michel Wolkowitsky et à son équipe, ce lieu vit de musiques, de danses, de livres, d’expositions de peintures et de sculptures, d’enseignements classique et du monde, d’art au sens large – les gens qui le fréquentent, que ce soit nous les artistes ou le public, y viennent pour se ressourcer, pour nourrir leurs âmes, pour s’élever. Ici, dans cet écrin, je ne transmets pas seulement les codes de la musique de mon pays, j’y transmets aussi son âme, et c’est toujours bien accueilli.

 

Milena Jeliazkova et ses stagiaires dans l’abbatiale de Sylvanès

• Tu es chanteuse, enseignante, coach artistique, peintre… et nouvelle corde à ton arc, tu as récemment écrit ton premier roman. On dit en général que le premier roman d’un auteur est très autobiographique. Dans « la Bulgare » paru le 30 déc. 2022 chez Hello Editions, est-ce qu’il y a une part personnelle cachée ?
Merci d’en parler ! Je suis auteure depuis peu et il m’a fallu beaucoup d’années pour me décider à me jeter dans l’aventure littéraire. « La Bulgare » est mon premier roman, dans lequel j’exprime tout mon amour pour la Bulgarie, petit pays aujourd’hui, mais grand Royaume jadis. A travers les divers personnages j’aborde différentes facettes – l’histoire, l’ethnographie, la musique, la littérature, les mythes et légendes bulgares… Le tout, dans une intrigue policière en plein été, au bord de la mer Noire. Pour qu’un récit soit vivant, il faut le nourrir d’anecdotes personnelles, de petites touches de choses réellement vécues, mais cela reste un roman – une fiction. « La Bulgare » n’est pas une autobiographie, mais une invitation au voyage à la fois en Bulgarie, mais aussi au plus intime en soi.

Toute l’actualité de Milena Jeliazkova sur :  milenajeliazkova.com

Bruno Allary à la rencontre des élèves chanteurs

En tant que marseillais, on ne peut pas dire que Bruno Allary, chanteur, guitariste et directeur artistique de la Compagnie Rassegna, soit familier de la neige… Il a pourtant été « gâté » pour sa venue dans les classes les lundi 23 et mardi 24 janvier derniers : pour l’occasion, tout l’Aveyron s’était paré d’un beau manteau blanc !
En sillonnant prudemment les routes de Cénomes à Brusque et Fayet, de Murasson à Saint-Sever-du-Moustier, de Montlaur à Camarès et de Belmont à Saint-Sernin-sur-Rance, il a rencontré l’ensemble des élèves impliqués dans le projet « Chorale à l’école » pour l’année en cours.

Dans chacune des 10 classes, il a commencé par un rappel de la « valise musicale » qu’il a transmise à l’automne à Marine De Sola, musicienne intervenante du Conservatoire de l’Aveyron. C’est en effet elle qui, depuis septembre et jusqu’en juin, est chargée d’apprendre ces belles chansons traditionnelles aux élèves !
Composée de 7 chansons choisies, cette « valise musicale » propose un voyage sur différentes rives de la mer Méditerranée et une merveilleuse ouverture au dialogue des cultures :

La Tarara, Andalousie – chanson qui parle d’une jeune femme qui danse, d’après un poème de Federico Garcia Lorca
A la fiera de San Francè, Corse – chanson qui évoque les foires et les marchés de Corse
Milo Mou Kokkino, Grèce – chanson enfantine fréquemment interprétée par des chanteurs professionnels pour le grand public
Ana Waldiya, Algérie – un hymne à la famille au sens large
Tais-toi Marseille, France – chanson interprétée par Colette Renard et Barbara qui décrit une ville attachante et très vivante
Lama Bada, Egypte – chanson d’amour, grand standard de la chanson orientale interprété dans tout le monde arabe
Le Boïer, Occitanie – chant occitan apparu au 12e siècle, connu à travers toute l’Occitanie

Accompagné de sa guitare, il a ensuite chanté avec les enfants les chansons qu’ils avaient commencé à apprendre avec Marine De Sola.

Cette rencontre faire suite à une première qui s’est déroulée à l’automne, où les quatre musicien(ne)s de la Compagnie Rassegna, héritier(e)s de différentes traditions musicales populaires de Méditerranée, étaient venus présenter aux élèves leur concert pédagogique L’arc de Cercle dans le scriptorium de l’Abbaye.

Concert de la Compagnie Rassegna le 25 novembre 2022 dans le scriptorium de l’abbaye

Les élèves retrouveront une dernière fois les voix de Sylvie Paz, Carine Lotta, Bruno Allary et Fouad Didi, qui reviendront en fin d’année pour accompagner le traditionnel concert de restitution.
Le mardi 27 juin, les enfants auront ainsi le plaisir et l’honneur de monter sur scène à leurs côtés pour expérimenter en « grand chœur » et présenter à leurs parents, familles et amis le fruit de leur travail commun. Un voyage musical à ne pas manquer !

 

Ce Projet « Chorale à l’Ecole » est initié par le Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Sylvanès et co-construit en partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Départemental de l’Aveyron, le Département de l’Aveyron, avec le soutien de la Communauté des Communes Monts, Rance et Rougier, de l’Education Nationale et la DRAC Occitanie.