Eva Vlavianos nous a quittés

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de notre amie Eva Marava Vlavianos survenu en mars dernier.
Très attachée à l’abbaye de Sylvanès, elle y a encadré de nombreux stages d’iconographie byzantine pendant plus de 20 ans.
De nationalité grecque, Eva était diplômée d’Etat en iconographie et restauration d’icônes.
Les cours, les stages, les conférences ainsi que sa production personnelle lui ont permis d’acquérir une grande expérience sur les sujets religieux, ainsi que la technique et surtout la transmission de son art à celles et ceux en quête de spiritualité.

« L’échange crée entre les croyants de profonds liens oecuméniques, solides et amicaux. La technique, rigoureuse demande discipline et précision. Le choix du bois et sa préparation avec un mélange chaud composé de colle et de craie, l’or, les couleurs en poudre, le vernis nécessitent un travail appliqué et sérieux. Le symbolisme embellit la mise en couleur de paroles des Evangiles. Les témoignages de personnes, aussi bien de clercs que de laïcs, sont unanimes : en réalisant une icône, on dessine ce que Dieu dessine en nous : Amour, Partage, Joie. L’apprentissage est long car on interprète le sacré dans toute sa splendeur et il faut arriver à l’honorer avec respect et humilité. » 

Eva Vlavianos

Nous gardons précieusement  le souvenir de ton sourire, de ta gentillesse, de ton talent que tu savais transmettre avec passion !  Au revoir Eva  ! 

 

 

 

Dulci Jubilo en résidence de création

Du 7 au 9 avril 2022, le jeune chœur de chambre Dulci Jubilo, la soprano Delphine Mégret, la harpiste Cécile Barutaut, l’organiste Thomas Ospital et le percussionniste Raphaël Lucas étaient réunis à l’abbaye de Sylvanès autour de Christopher Gibert pour une résidence de création artistique.

Originaire de Rocamadour, ce jeune organiste, chef de chœur et compositeur s’est produit l’été dernier dans le cadre du festival avec son chœur de chambre Dulci Jubilo. Le public avait découvert avec beaucoup d’émotion son poignant Stabat Mater associé au Requiem de Duruflé.

Tous ces artistes seront de retour  le dimanche 7 août à 17 h dans le cadre du 45e Festival pour dévoiler « Ode à l’enfant lumière » de Christopher Gibert, commande du directeur artistique du Festival Michel Wolkowitsky à la mémoire de son fils Pierre-Alexandre.

Le fil conducteur  de cette cantate spirituelle sont les textes lumineux de la messe des morts. Ils sont mis en regard avec des poèmes, des textes hébreux et orthodoxes. Le tout aboutira à un Requiem imaginaire d’une trentaine de minutes, une œuvre pour chœur mixte, orgue, harpe, percussions, soprano et enfant solistes.

Cette fresque aux nombreuses couleurs de lumière sera mise en regard avec le fameux Requiem de Fauré, magnifique berceuse de la mort aux si tendres lignes et harmonies.

 

« Mon idée est de construire à partir de cette source littéraire très riche un discours musical qui parle d’abord au cœur et à l’âme. Le chœur sera soutenu par l’orgue, percussions et harpe. Il y aura deux solistes, une voix de femme et une voix d’enfant, plus fragile, plus pure encore. Malgré la thématique aux apprêts tristes, je gage que ce programme et cette création seront marqués par l’espoir, la quiétude, la confiance et l’espérance. »

Christopher Gibert

Concert « Italie Baroque »

RODEZ – Chapelle Royale
Jeudi 2 juin 2022 à 21H

« Italie baroque » : A bien des titres, l’Italie est la mère des arts pour toute l’Europe à partir de la Renaissance. En musique, la créativité italienne est stupéfiante.
L’Orchestre de Chambre de Toulouse a souhaité réunir ici les plus grands compositeurs baroques italiens dans un programme qui permet de mesurer toute leur inventivité.

PROGRAMME


Evariste Dall’ Abaco
(1675-1742) :  Sonate d’église op 2 n° 3

Antonio Vivaldi(1678-1741)  :
Sinfonia en ré majeur
Concerto à deux violons en la mineur
Sinfonia alla rustica

Arcangelo Corelli (1653-1713) :  Concerto grosso op 6 n° 3

Pietro Locatelli (1695-1764)
Symphonie funèbre
Concerto grosso n°3

Francisco Geminiani (1687-1762) :  Concerto Grosso La Follia

 

Au même titre que la Grèce dans l’Antiquité, l’Italie est la mère des arts pour cette Europe moderne qui naît après les grandes découvertes. Que l’on pense à la Renaissance en peinture et architecture ou à la période Baroque en musique, l’influence de l’Italie est immense et aucun artiste ne peut ignorer ce qui s’invente entre la fin du 16ème et le milieu du 18e siècle dans la péninsule. Léopold Mozart, père de Wolfgang, prétendait que seules les musiques allemande et italienne connaîtraient la postérité et tenait en piètre estime la musique française.
Si ce jugement est à l’évidence trop sévère, il est vrai qu’aucun pays n’égale le foisonnement créatif de l’Italie Baroque qui invente en même temps les formes musicales et les instruments pour les traduire. Car c’est bien en Italie que se crée cette famille des violons qui se substitue progressivement aux violes et il n’est que justice d’associer les Stradivari, Amati et autres Guarneri, luthiers devenus aussi célèbres que les compositeurs, à la gloire de Vivaldi, Corelli ou Locatelli.

©Brice Devos

Orchestre de Chambre de Toulouse

Sous la direction de Gilles Colliard, depuis 2004, l’orchestre a choisi d’aller au bout de sa démarche d’authenticité en proposant des concerts baroques sur instruments anciens, mais aussi des concerts modernes avec les instruments actuels, ou encore des programmes réunissant les deux instruments. Salles de concert, églises, centres culturels, écoles, universités, et même parfois usines, l’Orchestre de Chambre de Toulouse propose au public plus de 140 concerts thématiques chaque année.

Tarifs concert : 15 € /10 € /  gratuit – de 13 ans
Réservations : 05 65 98 20 20 –  billetterie en ligne

 

Pour ce concert, la chapelle de l’ancien collège royal a été mise à disposition gratuitement par le Département de l’Aveyron, propriétaire des lieux.

Concert « Mendelssohn, Frère & Sœur »

SYLVANÈS – Abbatiale
Vendredi 3 juin 2022 à 21H

« MENDELSSOHN, frère et soeur »

Un demi-siècle après Nannerl et Wolfgang Mozart l’histoire semble se répéter avec Fanny et Félix Mendelssohn. Mais le temps a passé, et Fanny va transgresser la morale de son temps.
L’Orchestre de Chambre de Toulouse et la violoniste-altiste Clara Cernat ont choisi  de mettre en regard des compositions de la fratrie Mendelssohn.
Combien de femmes talentueuses sont passées aux oubliettes de l’Histoire ? L’indispensable mouvement vers l’égalité passe aussi par la musique, et vous partagerez sûrement notre avis : la musique de Fanny est aussi belle que celle de son frère !

PROGRAMME :
Félix Mendelssohn (1809-1847)
Symphonie n°10 Symphonie n°2
Concerto en ré mineur

 

Fanny Hensel-Mendelssohn (1805-1847)
Symphonie de chambre
(basée sur le quatuor en mi bémol)

Le jeune Félix Mendelssohn possède tous les talents ou presque ! Dès l’âge de 16 ans il a composé un cycle de 12 symphonies pour cordes, sa 1ère symphonie, un octuor, un concerto de violon, un autre de piano et un double concerto piano-violon…ce qui ne l’empêche pas d’être déjà un excellent dessinateur en attendant de devenir directeur d’orchestre !

Fasciné par JS Bach, il créé en 1829 la Passion selon St Matthieu qui n’avait plus été jouée depuis un siècle. Il est le premier chef à vouloir faire vivre à nouveau les oeuvres oubliées des siècles passés. Est-ce cet intérêt pour la musique de ses prédécesseurs qui lui vaudra plus tard ce jugement sévère de Nietzsche : « Une musique qui regarde toujours en arrière ». Le concerto en ré mineur de ce programme est écrit 22 ans avant le plus célèbre mi mineur. On y trouve toute la fraicheur juvénile des premières oeuvres.

Comme Wolfgang Mozart, Félix Mendelssohn a une soeur de quatre ans son aînée et aussi douée que lui pour la musique. Le frère et le père unissent leurs efforts pour prier Fanny de rester à la maison et de n’exercer ses talents que dans le cercle familial. Mais Fanny va transgresser, se produire sur scène et faire jouer sa musique. Un demi-siècle plus tôt, Nannerl avait suivi les injonctions de son temps et s’était contentée de financer les voyages de son jeune frère en donnant des leçons de clavecin !

 

Clara Cernat, violon
Après un parcours brillant dans son pays d’origine, la Roumanie, elle sillonne le monde avec son violon, de Pékin, à Buenos-Aires en passant par Bruxelles, Londres, Venise, Madrid, Rome, Paris, Séoul, Bucarest, Prague, Vientiane…
Disciple du célèbre maestro roumain Stefan Gheorghiu à l’Université de musique de Bucarest, elle se perfectionne également en Suisse auprès du grand violoniste hongrois Tibor Varga.
Épouse du grand pianiste et compositeur français Thierry Huillet, elle forme avec lui un duo plébiscité par les salles et festivals très importants autour du monde.
Représentante de la prestigieuse école de violon roumaine, et passionnée par la transmission de l’art du violon, Clara Cernat est professeur hors-classe au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse. L’alto, est son deuxième instrument : l’altiste joue un rôle important dans le développement du répertoire de cet instrument en commandant des œuvres pour alto à des importants compositeurs contemporains de diverses nationalités.

Clara Cernat

Orchestre de Chambre de Toulouse
Sous la direction de Gilles Colliard, depuis 2004, l’orchestre a choisi d’aller au bout de sa démarche d’authenticité en proposant des concerts baroques sur instruments anciens, mais aussi des concerts modernes avec les instruments actuels, ou encore des programmes réunissant les deux instruments. Salles de concert, églises, centres culturels, écoles, universités, et même parfois usines, l’Orchestre de Chambre de Toulouse propose au public plus de 140 concerts thématiques chaque année.

Tarifs concert : 15 € /10 € /  gratuit – de 13 ans
Réservations : 05 65 98 20 20 –  billetterie en ligne

 

La Belle et le Loup, opéra pop inédit !

Après le succès rencontré en 2018 et 2019 par le conte musical jeune public « La vie rêvée d’Alice », le Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Sylvanès est à nouveau investi dans une aventure artistique et pédagogique inédite ! Le projet « La Belle et le Loup » co-produit avec  l’association  » Les Oreilles en éventail «  verra le jour en mai 2022.

Librement inspiré du conte traditionnel La Belle et la Bête, cet opéra pop composée par Cécile Veyrat sur un texte original de Marie-Chloé Pujol-Mohatta mettra en scène un chœur d’enfants aux côtés de 6 acteurs-chanteurs et 4 musiciens professionnels.

Véritables allégories de l’Homme (la Belle) et de la Nature (la Bête), les personnages de cette fable écologique nous invitent à nous questionner sur notre rapport à la nature, aux animaux et plus largement au vivant, afin de réinventer notre rapport au monde.

Dans l’Aveyron, deux classes de cycle 3 et 4 de Rodez (École élémentaire Cardaillac et Collège Jean Moulin) ont donc été associés au processus de création artistique et musicale.

Depuis novembre dernier, cette cinquantaine d’élèves bénéficient dans leurs établissements d’ ateliers de pratique vocale sous la direction de Cécile Veyrat. Jouant un rôle à part entière dans le spectacle, ce chœur vivant, mouvant, représentent tour à tour les rats de la ville ou les animaux de la forêt.

Le 8 février prochain, avec leurs enseignantes, ils rejoindront Sylvanès pour rencontrer toute l’équipe artistique en résidence dans les murs. L’occasion pour eux de répéter en live aux côtés des artistes professionnels les chansons apprises en classe et de travailler la mise en scène du spectacle avec la chorégraphe Silva Ricard.

Parmi les acteurs-chanteurs, on retrouve  :  Aimée de la Salle (la louve conteuse), Cécile Veyrat (la Belle), Delphine Mégret (la sœur cadette), Domitille Maillet (la sœur ainée), Michel Wolkowitsky (Le Loup), Stéphane Roux (le Père).

Et les musiciens Veronika Soboljevski (violoncelle, thérémine), Stéphane Dano (saxophone, flûte traversière), Yves Dupuis (piano), Bernard Jean (percussions).

Une représentation scolaire et une représentation publique clôtureront ce beau projet le mardi 10 mai 2022 à la Baleine à Onet-le-Château.

 

Commande de l’Abbaye de Sylvanès, ce projet est co-produit avec Les Oreilles en Eventail en partenariat avec Aveyron Culture dans le cadre de ses itinéraires d’éducation artistique. Il reçoit le soutien de l’Education Nationale et de la DRAC Occitanie. Ce projet est aussi mené en parallèle dans le Gard en co-production avec Paloma/SMAC de Nîmes Métropole et un chœur d’enfants de Nîmes et Quissac. Représentations scolaire et publique prévues le 10 juin 2022. 

Les projets scolaires 2021/22 sur les rails !

Sur le site de l’abbaye ou dans les classes, visites, ateliers de découverte, concerts jeune public, projets de création artistique seront menés tout au long de cette nouvelle année scolaire 2021-22. Tour de piste des projets phares… 

 

Chorale à l’école : 175 élèves chantent le monde entier !
Pour cette troisième année, Chorale à l’école réunit 175 élèves de 6 à 10 ans scolarisés sur notre territoire intercommunal. De septembre 2021 à juin 2022, le projet prévoit près de 120h d’ateliers dans les 10 classes participantes, ainsi que deux rencontres d’artistes en résidence et une restitution publique à l’Abbaye de Sylvanès afin d’expérimenter l’acoustique de l’abbatiale.
Musicienne expérimentée, c’est Marine Desola qui anime ces ateliers à raison de 45 minutes tous les 15 jours pour les écoles de Belmont-sur- Rance, Brusque, Camarès (St Michel), Cénomes, Fayet, Montlaur, Murasson, Saint Sernin sur Rance et St Sever du Moustier. Au programme : jeux d’écoute et de rythme, apprentissage de chants en différentes langues et découverte de cultures musicales variées.

Enseignante à l’école Saint Michel, Delphine Bec participe au projet depuis deux ans : « Chaque année est très riche car les chants sont variés. Comme j’ai une classe qui rassemble 4 années de scolarité, les élèves progressent beaucoup. C’est un apprentissage sur le long terme ».

Pour mémoire, ce projet est initié pour trois années consécutives par le Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Sylvanès et est co-construit en partenariat étroit avec la Communauté des Communes Monts, Rance et Rougier, le Conservatoire à Rayonnement Départemental de l’Aveyron, Aveyron Culture, le soutien de l’Education Nationale et de la DRAC Occitanie.

Ecole de l’Oralité : 40 élèves en recherche sur la notion d’Occitanie, Terre d’accueil

A partir d’une pédagogie originale basée sur l’oralité, ce projet propose aux élèves et enseignants de vivre la pratique artistique sous un angle inédit. L’objectif de créer des passerelles entre les arts, les cultures, les générations et de replacer la pratique artistique au cœur du quotidien.

De janvier à juin 2022, trois artistes pluridisciplinaires conduiront 40 élèves de 6e du collège de Belmont-sur-Rance sur le chemin de la création artistique : Emmanuel Bardon, artiste lyrique, directeur artistique de l’Ecole de l’Oralité et de l’ensemble Canticum Novum, Virginie Barjonet, artiste chorégraphique et Ismaïl Mesbahi, percussionniste.

Tâtonner, dialoguer, oser, se tromper… chaque création est unique et pour cette seconde année du projet, les élèves expérimenteront un nouveau processus. En s’appuyant sur l’histoire de l’Occitanie comme terre d’accueil et de rencontre, ils seront amenés à découvrir des répertoires musicaux issus de la langue d’Oc et, par l’intermédiaire des troubadours et voyageurs, tisseront des passerelles avec l’Espagne des trois cultures et le bassin méditerranéen au sens large, dans une recherche fondamentale de dialogue interculturel.

Pour cette deuxième année, le travail sera construit autour de 4 grands axes : le chant, la danse, les percussions et la fabrication instrumentale, questionnant la dualité et la rencontre qu’elle soit culturelle, amoureuse, amicale.

Des contacts sont actuellement en cours afin d’associer aux élèves un groupe de personnes en situation de handicap et à l’issue de l’ensemble des ateliers, les participants seront rejoints par des artistes de l’ensemble Canticum Novum. Leur travail collectif donnera lieu à une restitution publique à l’Abbaye de Sylvanès au mois de juin 2022.

Ce projet est le fruit d’un partenariat entre l’Abbaye de Sylvanès et l’Ecole de l’Oralité basée à Saint-Etienne (42), soutenu par le Conseil Départemental de l’Aveyron et la DRAC Occitanie.

La Belle et le Loup : un chœur de 50 élèves au cœur d’une comédie musicale inédite !
Après le succès rencontré en 2018 et 2019 par le conte musical jeune public La vie rêvée d’Alice, La Belle et le Loup verra le jour en mai 2022. Librement inspiré du conte traditionnel La Belle et la Bête, c’est une comédie musicale composée par Cécile Veyrat sur un texte original de Marie-Chloé Pujol-Mohatta avec la participation d’un chœur d’enfants aux côtés de 6 acteurs-chanteurs et 4 musiciens professionnels.
Véritables allégories de l’Homme (la Belle) et de la Nature (la Bête), les personnages de cette fable écologique nous invitent à nous questionner sur notre rapport à la nature, aux animaux et plus largement au vivant, afin de réinventer notre rapport au monde.

L’objectif est d’associer deux classes au processus de création artistique et musicale. De novembre à mai, une cinquantaine d’élèves de cycle 3 et 4 d’Onet le Château bénéficieront de 9 ateliers de pratique vocale afin de constituer le chœur d’enfants qui montera sur scène aux côtés des dix artistes professionnels. Jouant un rôle à part entière dans le spectacle, ce chœur vivant, mouvant, représentant tour à tour les rats de la ville ou les animaux de la forêt. Une représentation scolaire et une représentation publique clôtureront ce projet le mardi 10 mai 2022.

Commande de l’Abbaye de Sylvanès, ce projet est co-produit avec Les Oreilles en Eventail en partenariat avec Aveyron Culture dans le cadre de ses itinéraires d’éducation artistique. Il reçoit le soutien de l’Education Nationale et de la DRAC Occitanie.

Mais aussi et toujours… les visites pédagogiques et les ateliers de découverte sur le site !

Ludique, participative, acoustique ou sensorielle, nos visites pour les groupes scolaires proposent une découverte transversale du site pour un enrichissement des connaissances et de l’imaginaire des enfants.

Plaisir, curiosité, implication, nos ateliers de découverte et de pratique artistique s’appuient sur une participation active où la manipulation et la fabrication libèrent la créativité tout en favorisant l’acquisition de savoirs et de savoirs faire. Ces ateliers sont animés par des artistes et intervenants professionnels reconnus et engagés dans une démarche de transmission adaptée au public jeune.

Visites et ateliers disponibles toute l’année sur réservation, pour les élèves de la maternelle au lycée. Livret complet à télécharger sur www.sylvanes.com

Une note joyeuse pour clôturer le festival !

La 44e édition du Festival de l’Abbaye de Sylvanès s’est achevée le dimanche 29 août dernier sur une note joyeuse, qui laissera aux cinq cents spectateurs venus remplir l’église abbatiale un souvenir impérissable.
Les artistes du Spirit Gospel Academy, tout d’abord, ont transmis leur bonne humeur et des énergies positives pour commencer sereinement cette soirée festive. Des voix chaudes accompagnées au piano, des musiques rythmées, aux influences multiples ont ravi les tympans du public. Le partage de ces sonorités d’Outre-Atlantique s’est trouvé enrichi par les anecdotes racontées par le leader du groupe autour des histoires des chansons interprétées.

Parfois d’un ton léger, ces récits nous rappellent néanmoins les origines plus sombres du Gospel qui, au même titre que le Blues, se développe au sein du peuple exploité afro-américain, en quête d’un avenir meilleur à travers la spiritualité. L’optimisme qui se dégage de cette musique montre que, en dépit de la cruauté du monde et de la bêtise humaine, la tolérance, le respect et l’ouverture sur l’autre ou sur l’ailleurs peuvent être des moyens d’échapper à nos souffrances, même les plus terribles. Un message réconfortant qui sied à merveille à l’abbaye de Sylvanès.

 

Afin de ne rien gâcher, la soirée s’est poursuivie par un repas champêtre dans la prairie de l’abbaye. Des producteurs locaux sont venus proposer des produits savoureux et variés. Frites, brochettes d’agneaux, crêpes… sans oublier la bière de la brasserie saint-affricaine, l’Astrolabe, ont satisfait les papilles de l’assemblée, qui a pu profiter des derniers rayons du soleil, présent tout au long de cette belle journée.
Enfin, à la nuit tombée, La Talvera a clôturé le bal trad’occitan ! Les festivaliers ont alors été invités à dépenser leurs calories, accumulées précédemment, à l’occasion de danses enjouées du pays au son du fifre, violon, clarinette, accordéon et cornemuse le tout dans une ambiance bon enfant.

Ainsi se termine cette belle aventure estivale, qui a su maintenir son cap malgré les épreuves qui ont jonché cette année 2021. La prochaine édition promet déjà des évènements tout aussi délicieux !
Mais avant cela, le Centre culturel de rencontre donne rendez-vous à petits et grands pour la 10e édition de Forêt en fête qui se déroulera du 17 au 19 septembre prochains !

Guillaume Sisiak

Le Festival marqué de l’empreinte « Al-Bașmá » !

Canticum Novum est venu apporter une ambiance chaleureuse, en cette fraîche soirée du 8 août, en nous transportant dans l’Espagne médiévale qui, du VIIIe au XVe siècle, fut un espace de brassage important entre les cultures chrétiennes, juives et arabo-musulmane.
Le répertoire interprété ce soir là, basé sur des chants et des poèmes de l’époque, nous rappelle cette interculturalité qui, encore aujourd’hui, résonne dans notre esprit lorsqu’on pense aux musiques hispaniques.

Les quinze musiciens, munies d’instruments traditionnels variés, sont pour la plupart des habitués de l’abbaye de Sylvanès. Le chanteur et directeur musicale du groupe, Emmanuel Bardon, y vient depuis son plus jeune âge. Il lui tenait donc à cœur, au cours de quelques apartés présentant son travail au public, de nous raconter ses aventures d’enfance au côté de son père Marcel Bardon, d’André Gouzes et de Michel Wolkowitsky, qui ont influencé son parcours de musicien.
Al-Basma, l’empreinte, trouve alors tout son sens à être jouer dans un centre culturel de rencontre comme notre abbaye !

Guillaume Sisiak

Une ovation pour les Curious Bards !

« C’est comme les Marvel, il faut rester jusqu’au bout » remarque le jeune Enzo alors que les Curious Bard remontent une troisième fois sur scène sous les applaudissements d’un public, conquis par leur prestation et qui en redemande…

Cette deuxième soirée musicale, de la 44e édition du festival de l’abbaye de Sylvanès, s’est achevée dimanche 18 juillet après une longue ovation des Curious Bards qui ont, grâce à leur passion et leur soif de transmettre, su remporter l’adhésion du public.
La complicité entre artistes et spectateurs s’est installée dès la fin du premier morceau, une suite de trois airs irlandais. Pour ce faire, le violoniste du groupe, Alix Boivert, par des interventions ponctuelles lors du concert, a fait preuve de pédagogie pour expliquer le travail du groupe, qui interprète un répertoire issu de la musique gaélique du XVIIIe siècle, et conter les petites histoires autour des musiques d’Irlande et d’Écosse.

Dans un soucis de respect de l’époque d’origine des airs et chansons de ce répertoire, auxquelles s’est jointe à certaines occasions la voix de la pétillante Ilektra Platiopoulou, des instruments atypiques sont utilisés. Ainsi, harpe triple, viole de gambe, flûte traversière en bois, « penny whistle » et cistre se répondent et s’accordent en parfaite harmonie, en profitant de l’acoustique exceptionnelle de l’église abbatiale.
Dans un contexte sanitaire qui tend à nous replier sur nous-même, il est rafraîchissant d’entendre ces musiques d’ailleurs qui nous permettent de nous évader un instant et nous transportent dans le temps et le monde.

Guillaume Sisiak

Voyage autour du monde en chansons pour 120 scolaires !

C’était le thème du spectacle choral proposé par 120 élèves du territoire sous la conduite de Marine Desola mardi 29 juin 2021 en l’abbatiale de Sylvanès. Un grand moment pour ces jeunes choristes en herbe, leurs enseignantes et la centaine de parents, heureux d’être enfin réunis en cette fin d’année pour la restitution finale du projet « Chorale à l’école ».

Initié en 2019 par le Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Sylvanès, ce projet marquait l’aboutissement d’un travail mené tout au long de l’année dans 9 écoles primaires du territoire intercommunal : Montlaur, Belmont, Fayet, Brusque, Montagnol, Saint-Sernin-sur-Rance, Murasson, Camarès (école privée Saint-Michel) et Saint-Sever-du-Moustier.

Un reportage sonore à écouter ici par Chloé Avoiron, stagiaire au service communication.

 

Ainsi deux fois par mois, chaque classe a bénéficié d’un atelier de chant dirigé par la musicienne Dumiste pour apprendre des chants dans différentes langues. Embarqués à bord du vol « Air Choral », les passagers-spectateurs ont fait escale au Japon, en Angleterre, en Amérique et en Afrique, pour finalement atterrir en Aveyron avec des chants traditionnels en occitan.

Un dépaysement garanti et une traversée sonore réussie, pour les voyageurs et l’équipage, qui a su garder le cap malgré les fortes perturbations liées aux contraintes sanitaires du Covid 19 et en particulier la difficulté de chanter en portant le masque, pour les enfants de plus de 6 ans.

Ce projet soutenu par la Communauté de Communes Monts, Rance et Rougier, Aveyron culture, le Conservatoire de l’Aveyron, la DSDEN de l’Aveyron et la DRAC Occitanie sera reconduit dès la rentrée scolaire prochaine !